Dodo sur le dos mais... on joue sur le ventre

C’est bien connu, coucher un bébé sur le dos diminue de 50 % le risque de mort subite. Toutefois, si ce même bébé ne va jamais sur le ventre, il ne peut développer la force de poussée sur ses bras et ne renforce donc pas ses muscles pectoraux, abdominaux et ceux des omoplates, pourtant essentiels à la bonne évolution de son développement moteur.

En n’allant jamais sur le ventre, les bébés n’explorent pas d’eux-mêmes plusieurs séquences de mouvements comme rouler sur le sol, ramper ou se déplacer à quatre pattes. Même si ces séquences peuvent varier d’un bébé à un autre, elles sont des prérequis à une bonne stabilité du corps, une meilleure coordination et assurent une sécurité en position debout.
 
L’important n’est pas la longueur du temps passé sur le ventre mais bien la fréquence de ces périodes. Il est toutefois essentiel que vous ayez une surveillance constante de votre bébé qui est en position ventrale. Le plus facile est d’intégrer ce temps à vos activités de la vie quotidienne. Plier des vêtements aux côtés de votre bébé au sol ou le tourner sur le ventre pendant la préparation du changement de couche sur la table à langer sont des exemples.
 
Si votre bébé déteste toujours être sur le ventre et refuse de pousser sur ses bras pour s’aider à lever la tête et le tronc, une physiothérapeute en pédiatrie peut vous aider. N’hésitez pas à nous appeler pour une consultation.

0 0
Feed